Pages bibliographiques de référence pour un auteur

Identifiant universel des références

Enfin, à l’instar de ce qui va être tenté au niveau de la numérotation universelle des subdivisions d’un texte, l’objectif des pages de bibliographie d’un auteur est de recenser avec exhaustivité tous les textes de cet auteur, afin de pouvoir attribuer un identifiant unique de référence à chacun de ses écrits, réutilisable dans toutes les bibliographies particulières présentes sur des textes publiés sur le site, comme des articles ou des études.

En effet, selon les textes utilisés par l’auteur d’une étude, un écrit peut se voir attribuer une notation abrégée, qui sera différente dans une autre étude.
Ainsi [Polanyi 1944a] fera référence, dans le cadre d’une étude, à La grande transformation – ou n’importe quel autre texte écrit par Polanyi la même année -, alors que dans le cadre d’une autre étude, La G.T. pourra y être notée [Polanyi 1944d], par exemple. Il serait bien plus lisible pour les lecteurs de savoir que [Polanyi 1944{x}] fait référence, à coup sûr, à l’opus magnum de Karl Polanyi sans avoir à vérifier dans la bibliographie des ouvrages utilisés pour l’étude qu’ils sont en train de lire.

Ajoutons à ceci que certains auteurs préfèrent utiliser l’année de l’édition dont ils se seront servie plutôt que l’année de publication initiale… Ainsi [Polanyi 1944], [Polanyi 1957], [Polanyi 1983], [Polanyi 2001] font tous quatre référence au texte déjà cité, mais la dernière notation ne fera pas sens pour un anglophone qui n’a que faire de la traduction parue chez Gallimard en 1983, et la deuxième et quatrième notation font référence aux deux éditions Beacon Press. Je ne sais si le contenu exact de ces occurrences diffèrent l’une de l’autre (préface originale, postface, appareil critique renouvelé, etc.), mais en tout cas parler de [Hayek 1993] ou [Hayek 2002] – soit les deux éditions de La Route de la servitude en français chez PUF/Quadrige qui sont strictement identiques – ne peut que provoquer des ambigüités inutiles !
Sans compter que confronter [Hayek 2002] et [Polanyi 2001] dans une lecture croisée pourra faire perdre de vue le fait que les deux textes ont été publiés la même année, mais un demi-siècle plus tôt, dans un contexte totalement différent de celui du début du XXe siècle …

Aussi, et tant que les éditions citées seront des éditions papiers n’utilisant pas une numérotation universelle intrapaginale telle que l’adoptent par convention les éditeurs de Platon ou Aristote depuis le XVIème siècle, il faudra probablement attribuer un identifiant unique à chaque instance papier d’un texte. On pense bien sûr évidemment à l’ISBN, mais il faudrait une notation plus courte car on imagine mal une référence intratextuelle chargée de 13 chiffres supplémentaires… cela pourrait donner quelque chose comme [Hayek 1944b-{code langue},{code éditeur},{version}]. A creuser… en attendant un embryon de tentative de ce genre (tentative en elle-même impossible pour quiconque n’a pas accès aux archives du Hoover Institute et n’est pas autorisé à décider ce qui rentre dans le corpus de Hayek ou pas, et largement utopique à notre niveau de bénévoles, vu les décennies que des professionnels peuvent consacrer à la publication de certaines éditions de référence…) est très modestement en cours pour Hayek, sur la page Friedrich Hayek:Bibliographie.

Présentation des pages

[A suivre …]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *