Pages bibliographiques autour d’un sujet ou de littérature secondaire

Contrairement aux indigestes listes de références que la facilité de la publication sur Internet va rendre de plus en plus longues, nous allons essayer de travailler sur plusieurs axes.

Discrimination des textes importants des secondaires

S’il va sans dire que l’omission des textes sans intérêt est un des premiers rôles de l’éditeur, l’édition numérique nous permet d’être les plus exhasutifs possibles, sans sacrifier aucun texte, mais sans non plus produire des pages trop longues ou le meilleur côtoie l’insignifiant sans possibilité de distinguer l’un de l’autre. Ainsi pour faire la part des choses nous pourrons :

  • 1) proposer des bibliographies sélectives sur les pages de présentation d’un auteur (entrées de la Catallopedia)
  • 2) distinguer graphiquement, dans les pages bibliographiques complètes de la Catalliothèque, les textes conseillés en premier lieu.1

Contrôles d’affichage

Afin de coller au plus prête des attentes du chercheur de référence bibliographiques, nous travaillons à laisser la possibilité de masquer les références non-voulues d’après certains critères :

  1. langue
  2. taille/nature des textes (objectif : séparer les ouvrages de fond des articles ou des textes plus allusifs)
    1. Passage court : Allusion ou passage dans un livre ou article
    2. Texte moyen : a. Chapitre d’un livre ; b. article de revue ; c. acte d’un colloque ou conférence ; d. notes de cours2
    3. Long texte : Livre entièrement dédié
  3. niveau de spécialisation (objectif : permettre de distinguer des « parcours » dans une bibliographie, à l’instar des couleurs de pistes pour le ski alpin)

Il faudrait que ces critères puissent être définis par défaut sur le compte utilisateur (ex. je ne lis pas l’allemand, je ne veux jamais voir les textes germanophones), ainsi que sur les différentes pages.

4. (éventuellement) année de rédaction (année min. et/ou année max.) : il est possible pour le moment de trier chronologiquement les années pas d’enlever les références des années non-souhaitées

Tris des références

La forme de présentation des bibliographies que nous avons choisie permet de trier les références (dans la mesure du possible), par

  • ordre alphabétique des auteurs
  • ordre alphabétique des titres de texte
  • année de rédaction

Soit :

Auteur(s) ↓ An. ↓ Titre ↓
NOM Prénom 2000 Titre du livre
Référence (francophone s’il y en a une, conseillée)

Eventuellement :

  • langue
  • taille/nature des textes (objectif : séparer les ouvrages de fond des articles ou des textes plus allusifs)
    • degré de spécialisation (objectif : permettre de distinguer des « parcours » dans une bibliographie, à l’instar des couleurs de pistes pour le ski alpin ; cf. ci-dessous)

De manière à donner :

Auteur(s) ↓ An. ↓ Titre ↓ lg ↓ nat. ↓
NOM Prénom 2000 Titre du livre
Référence (francophone s’il y en a une, conseillée)
fr 1.

Néanmoins le risque encouru par cette présentation serait d’être assez déplaisante à voir avec les deux colonnes de droite très proche d’un tableur… Aussi est-ce pourquoi nous ne les avons pas retenue pour le moment, nous contentant de garder ses informations affichables ou non via le contrôle.

Autres possibilités

  • ajout de brefs commentaires et/ou abstracts aux références pour guider le lecteur dans ses choix
  • allègement de l’information visible à l’écran grâce au plier/déplier (ou cacher/montrer) de zones, que permet le javascript, et ce afin de pouvoir proposer une page riche d’informations affichées ou potentiellement affichées, tout en gardant une interface non-saturée (ceci concerne surtout les références des différentes éditions d’un ouvrage)
  1. Reste à imaginer un moyen de présenter d’un coup d’œil ces textes à mettre en évidence ; voire, outre les liens internes qui permettent d’aller en un clic sur la page du texte désiré, de créer un petit pavé d’accès rapide aux textes publiés sur le site… Mais cela suppose qu’ils ne soient pas trop nombreux, non plus … []
  2. Nous ne prenons pas en compte les entrées des encyclopédies généralistes (Universalis, Britannica, Larousse, MSN, etc. qui sont sous-entendues []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *