Réflexions sur l’édition numérique

Grâce à l’essor de l’édition numérique nous pouvons non seulement nous affranchir des contraintes du papier1 mais aussi imaginer des mises en œuvre des textes2 plus riches en contenu, plus profondes et plus étendues (notamment avec l’apport de contenus multimédias). C’est au développement de tels enrichissements que nous voulons œuvrer, afin d’arriver à réaliser les publications que nous aimerions avoir pour lire avec la plus grande efficacité possible et élargir nos recherches et nos questionnements personnels.

Ainsi nos réflexions s’étendent sur quatre axes.

Le texte

Introduction : le texte à l’heure du numérique

Points à développer ou déployer massivement dans l’édition de texte numérique :

Le paratexte

Le lecteur et son expérience de lecture

  • Historique des lectures pour des expériences de lectures individualisées ou en réseau
  • Lecture-loisir : socialisation des lectures pour créer des communautés de lecteurs à la façon de ce que réalisent Babelio, Facebook, etc.
  • Vers l’intégration de tout cet ensemble de services dans l’université du futur (digital humanities).

L’écosystème textuel

Alors que le paratexte était un ensemble d’écrits centré sur un texte dont ils tirent leur raison d’être, l’écosystème textuel est l’ensemble de textes qui sont en relation avec le texte considéré et qui existent pour eux-mêmes quel que soit leur degré d’intimité avec lui (ils font partie d’une même œuvre, l’un est une réponse à un premier, etc.)

Le texte dans l’économie générale de l’œuvre d’un auteur

On pourra à la suite des herméneutes, structuralistes, ou de Michel Foucault dans « Qu’est-ce qu’un auteur ? » (1969), se demander ce que sont vraiment un auteur et une œuvre… faisons comme si cela était clair.

Le texte pris comme un nœud dans un réseau

  • Pages bibliographiques pour un évènement
  • Le texte comme liant d’une communauté universitaire gravitant autour de lui
    1. Les livres homothétiques, simples décalques numériques de leur version papier ont toujours comme avantages par rapport à leurs prédécesseurs d’être universellement consultables , de permettre aux lecteurs de faire des recherches en plein texte, de naviguer rapidement entre les notes et le texte principal, de ne rien peser, de ne pas prendre de place dans les logements. []
    2. Bannissons de notre vocabulaire le mot « livre » qui contient en lui-même toutes les limitations qu’il s’agit de dépasser. []