Les ventes de livrels dépassent celles des livres de poche aux USA

90 millions de livrels (livres électroniques) ont été vendus en février aux USA, soit trois fois plus qu’il y a un an.

L’essor du marché du « livrel » est tel que pour la première fois, celui-ci prend la première place des ventes devant le livre de poche, selon l’association des éditeurs américains (AAP) : 90,3 millions d’exemplaires vendus pour les livrels contre 81,2 millions pour les livres de poche.

Les ventes numériques ont augmenté de 202 % en un an. Ceci s’explique, pour l’Association des Editeurs Américains (AAP), du fait que de nombreux de leurs compatriotes ayant reçu une liseuse à Noël, ils sont devenus autant de consommateurs supplémentaires de livres électroniques. Vendre moins chères les liseuses pour gagner plus avec les livrels, une idée qu’Amazon a aussi reprise à son compte en réduisant les prix d’une future version du Kindle attendue en mai prochain, tout en compensant cette baisse tarifaire par l’introduction de la publicité dans sa liseuse électronique.

(via le journal du Net)

Publié dans Idées et pratiques | Marqué avec , , | Un commentaire

Redécouvrir les avantages du livre papier

Juste pour rire (?), cette petite vidéo, publiée par une e-librairie espagnole – popularlibros.com – que je ne connaissais pas encore.1 Sous-titrée en anglais, ceux qui ne maîtrisent pas bien la langue de Cervantès pourront se rattraper avec celle de Shakespeare, et redécouvrir ainsi tous les avantages de cette invention vieille de quelques siècles qu’est … le livre !

J’aime beaucoup cette façon de singer la communication des appareils high-tech, avec un coup de cœur particulier pour le marque-page vu comme un « accessoire optionnel » fort de son standard international qui assure l’interopérabilité entre les différents “appareils” de la même espèce. Et bravo à l’acteur (d’un jour ?), qui arrive à réfréner presque jusqu’à la fin un rire qu’on devine irrépressible. En tout cas, moi, je n’ai pu faire autrement que de lâcher la bride à mes zygomatiques !

  1. Mais que je vais m’empresser d’explorer un peu en espérant que leurs frais de ports soient moins exorbitants que ceux  de Casa del libro… []
Publié dans Ergonomie | Marqué avec , | Laisser un commentaire

L’éditeur est un marchand comme un autre

Du livre de Martine Prosper, Edition, l’envers du décor, lu cet été, j’ai noté un passage qui traite du rapport ambigu que les éditeurs ont avec l’argent.

Les patrons d’antan ont certes disparu, mais les ego sont toujours là : on se déteste entre soi, tout en partageant le même sentiment d’appartenance à une élite. Il n’est que d’assister aux soirées d’inauguration du Salon du livre pour sentir cette ambiance particulière, fruit d’une tradition réappropriée. Car même les nouveaux protagonistes, ces gestionnaires au profil « école de commerce » qui sévissent dans les directions d’aujourd’hui, se prennent au jeu et se posent en héritiers des illustres anciens. Aucun n’avouera brutalement qu’il est là pour rationaliser, moderniser, rentabiliser, ce qui est somme toute le lot de beaucoup d’entreprises. Non, ce serait bien trop vulgaire. Pour être crédible, un patron d’édition doit d’abord agir par « passion ». Qu’on se rappelle cet extraordinaire article de Jean-Luc Lagardère, publié dans Le Monde au moment où son groupe cherchait à absorber Vivendi Universal Publishing, et intitulé « Par amour du livre »!!! Car c’est évidemment par amour que l’on rachète son principal concurrent… Continuer la lecture

Publié dans Idées et pratiques | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le livre enrichi : une mise en œuvre chez Leezam

Leezam, éditeur de livres numériques spécialisé dans l’iPhone, iPad et webphones, vient de publier sur Dailymotion, la vidéo d’une conférence qui a eu lieu au Centre Pompidou et dont le sujet était : « quels livres demain ?  »

A cette occasion trois livres numériques enrichis (vidéos, lectures, fonctionnalités d’annotation et de partage des commentaires), à paraître chez l’éditeur, sont présentés.
Bon visionnage !

Publié dans Actualité des éditeurs | Marqué avec | Laisser un commentaire

Existe-t-il une alternative à l’iPad ?

Le jeudi 30 septembre 2010 à 19:00, au 11-17 rue de l’amiral Hamelin, Paris 75016, Sciences Po informatique et télécommunications et Arts et Métiers Paritech organisent une conférence ayant pour thème : « Livre numérique : quelles alternatives à l’iPad ? ».

Les intervenants étant Clément Monjou (rédacteur en chef de ebouquin), Laurent Picard (directeur de Bookeen) et Stéphane Michalon de Epagine on peut très largement imaginer la réponse aux deux questions posées initialement :

A l’heure ou le succès de l’iPad est éclatant, quel avenir pour l’édition électronique ?
Editeurs et libraires peuvent-il chacun tirer parti de cette évolution ? La réponse peut-elle être Oui !

Plus d’informations et inscriptions sur le site itrmanager.com.

A priori, j’ai ma petite idée sur la question, et vous ?

Publié dans Lecteurs et liseuses, Manifestations | Marqué avec | Laisser un commentaire

Le lecteur exportable de Gallica

J’ai essayé le lecteur exportable de Gallica avec le Manuel d’économie politique de Vilfredo Pareto sur Catallaxia.net, mais ne suis pas du tout, mais pas du tout convaincu ! Non seulement il m’affiche régulièrement un HTTP Request error bien pénible, mais en absence de sommaire, la navigation page par page est absolument épouvantable… ce qui le rend quasiment inutile puisqu’il vaut mieux dès lors télécharger le .pdf, rajouter les subdivisions du textes à la main avec Adobe Acrobat Pro et proposer le .pdf ainsi enrichi… D’autres retours d’expériences ?

Publié dans Lecteurs et liseuses | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Le jisui, j’y reste pas (mais la rechute guette toujours)

Avec l’article de Virginie Clayssen « tout sur le jisui »,  je suis heureux d’apprendre que je ne suis pas atteint de scannerochronophagie aggravée susceptible de faire de moi un cas clinique intéressant, mais adepte d’un grand mouvement international et précurseur. Cela dit, je me soigne…

L’idée à la base était simple : scanner, avec un bon vieux Canon Lide 200 secondé d’Omnipage 17, pendant que je fais autre chose (« regarder » le foot ou écouter un texte audio, par exemple). Puis nettoyer le fichier .opd des éléments inutiles, corriger l’OCR puis copier sur Word en corrigeant encore les coquilles, à l’occasion d’une première lecture effectuée avec l’œil affûté de (l’ex-)wikipedien. Cette première, quoique longue, devait être indolore puisque l’espace cerveau laissé disponible à une activité secondaire ludique ou intellectuellement plus enrichissante que les gestes répétitifs des pages tournées ou fortement tenues à plat dans le scanner, compensait bien la première.

Ainsi, dès la deuxième lecture1, je pouvais profiter de tous les avantages du numérique (recherche en plein texte, navigation rapide entre les notes et le texte, navigation via l’explorateur de documents, possibilité de transporter un outil de travail pratique sans me rompre le dos, etc.).

Voilà pour la théorie. Continuer la lecture

  1. Il s’agit de scanner des textes sur lesquels je travaille, et qui sont susceptibles d’être lus, relus, appris par cœur, comparés avec la langue originale, pesés, triturés, interprétés, mis en relation, et non des textes lus pour se divertir []
Publié dans Idées et pratiques | Marqué avec , | Laisser un commentaire

OPLS 1.0 et XML vs RDF

A signaler : la sortie d’OPDS 1.0 annoncée par Elodie Picard du CLEO1 et un article intéressant des petites cases sur les différences entre XML et RDF.

  1. Pas le club échangiste lyonnais, le Centre pour L’Edition Ouverte ! []
Publié dans Formats et langages | Laisser un commentaire